X
Pennylane - Tous vos flux financiers au même endroit Se connecter Démarrer maintenant

Tutoriel : Comment analyser son bilan comptable ?

Au premier abord, le bilan comptable peut paraître aride et intimidant. Pourtant, son analyse vous en apprendra beaucoup sur l’état financier et la valeur d’une société. Grâce à ce tutoriel, vous apprendre à décrypter un bilan comptable et saurez quels éléments particulièrement surveiller.

Qu’est-ce qu’un bilan comptable ?

Bilan comptable : définition

Le bilan comptable est un document représentant la situation de l’entreprise à un instant T, habituellement : à la date de clôture des comptes annuels.

 

Le bilan comptable fait partie de la liasse fiscale à transmettre tous les ans à l’administration fiscale ; il s’agit d’un document normé qui requiert rigueur et précision lors de son établissement.

 

La spécificité du bilan comptable est qu’il doit être équilibré, c’est-à-dire que le total de son actif doit toujours être égal à celui de son passif — on verra dans la partie suivante à quoi correspondent ces termes exactement.

 

💡 Le bilan comptable doit être équilibré même si l’entreprise est profitable.

Les deux parties du bilan comptable : l’actif et le passif

Le bilan comptable se compose de deux parties : 

  • L’actif : tout ce que l’entreprise possède,

  • Le passif : ce que l’entreprise doit.

Les catégories à l’actif du bilan comptable et leur présentation :

L’actif comporte 2 grandes catégories. Elles doivent être présentées par ordre de liquidité croissante, c’est-à-dire en fonction de leur capacité à être rapidement convertie en monnaie.

 

Les 2 catégories à l’actif du bilan comptable sont :

  • L’actif immobilisé — dans lequel on distingue :

    • Les immobilisations incorporelles : bail, brevets, logiciels...

    • Des immobilisations corporelles : matériel, mobilier, engin de transport…

    • Les immobilisations financières : titres de participation, prêts accordés, dépôts...

  • L’actif circulant correspond aux actifs mobilisables à court terme – qui n’ont pas vocation à être utilisés de façon durable. Il s’agit :

    • Des stocks et produits en cours de production, 

    • Des avances et acomptes versés – tant aux fournisseurs qu’aux collaborateurs de l’entreprise,

    • Des créances clients – les factures non payées à la date de clôture – et fiscales – crédit de TVA, excédent d’IS...,

    • De la trésorerie,

    • De certains comptes de régularisation.

Les catégories au passif du bilan comptable et leur présentation :

Les éléments au passif du bilan comptable doivent être présentés par ordre d’exigibilité.

 

Le passif contient donc, dans cet ordre :

  • Les capitaux propres :

    • Les apports au capital social,

    • Les réserves de l’entreprise,

    • Le résultat net de l’exercice.

  • Les provisions pour risques et charges :

    • Les provisions pour risque sont les sommes prévues en cas de litige avec un client, salarié ou fournisseur par exemple,

    • Les provisions pour charges sont les dettes à venir que l’on peut anticiper, par exemple pour financer des travaux.

  • Les dettes :

    • Les dettes fournisseurs,

    • Les dettes financières – comme les emprunts,

    • Les dettes sociales – ce que l’entreprise doit à son personnel et la Sécurité Sociale,

    • Les dettes fiscales – ce que l’entreprise doit à l’État, 

    • Les dettes sur immobilisations,

    • Les autres dettes – comme les comptes courants d'associés.

Pourquoi est-il important d’analyser son bilan comptable ?

À quoi sert le bilan comptable ?

Le bilan comptable sert à évaluer la valeur globale d’une société. Parce qu’il recense toutes les dettes et ressources de l’entreprise depuis sa création, il permet une analyse exhaustive de l’activité et se révèle un outil précieux pour contrôler votre activité.

Le bilan comptable permet :

  • Au dirigeant de comparer les données de son activité d’une année sur l’autre et d’en surveiller l’évolution,

  • Aux investisseurs ou acheteurs potentiels – qui le réclament souvent – d’évaluer la valeur de l’entreprise,

  • Aux clients et fournisseurs de vérifier la bonne santé financière de l’entreprise,

  • Aux banquiers de déterminer si l’entreprise est en mesure d’assumer un prêt ou crédit supplémentaire.

Ce que le bilan comptable ne permet pas

Le bilan comptable n’est pas un outil d’aide au pilotage de l’entreprise.

 

Certes, le bilan vous permet d’analyser votre activité passée mais il ne vous aide pas à piloter votre entreprise au quotidien. Si vous attendez la sortie de votre bilan pour analyser vos finances et prendre des décisions concernant votre activité, il sera certainement trop tard.

 

💡 Le compte de résultat se révèle bien plus utile pour piloter votre activité au jour le jour. Suivez notre tutoriel pour apprendre à l’analyser.

Quels éléments d’un bilan comptable faut-il surveiller tout particulièrement ?

À l’actif :

L’actif immobilisé

L’actif immobilisé est à étudier en particulier dans le cadre du rachat d’une entreprise.

 

Si l’actif immobilisé occupe une place importante au bilan, il peut être pertinent d’effectuer un audit des immobilisations pour s’assurer :

  • De leur état – des remplacements sont-ils à prévoir ? du matériel est-il hors service ?

  • De l’exactitude de leur valeur portée au bilan – elles n’ont peut-être pas été suffisamment dépréciées.

La quantité de stock

Cet indicateur est à surveiller de près : stocker quoi que ce soit se révèle rapidement coûteux et la marchandise longtemps stockée peut perdre de sa valeur.

 

Si la quantité de stock est importante, il faut sans doute investiguer : certains produits se vendent-ils particulièrement mal ? Faut-il revoir votre catalogue de produits ?

Les créances clients

Un autre indicateur à surveiller particulièrement dans le cadre du rachat d’une entreprise : la quantité de créances clients. En effet, les créances clients n’annoncent pas toujours des entrées d’argent : le client peut être défaillant, le paiement en litige…

 

Si les créances clients sont importantes, mieux vaut ici encore mener l’enquête :

  • Certains clients sont-ils défaillants ? Si oui, quel volume d’activité représentent-ils ? Car vous ne pouvez pas compter sur leur commerce pour l’avenir.

  • Ou sont-elles plutôt la manifestation d’un problème de gestion – par exemple un mauvais suivi des relances clients ?

Dans tous les cas, si les créances clients sont importantes, vérifiez que les provisions pour risques prennent en compte cette donnée et sont en mesure de compenser ce manque à gagner.

Au passif :

Le niveau des capitaux propres

On considère que si vos capitaux propres représentent moins de 20% de votre bilan comptable, alors votre entreprise est fragilisée.

Le montant des dettes d’exploitation

Si le montant de vos dettes d’exploitation (la somme totale de vos dettes fournisseurs, sociales et fiscales) est supérieur à la somme de vos créances clients et de votre trésorerie, alors des difficultés de trésorerie sont à redouter pour la suite. Vos rentrées d’argent futures et provisions actuelles ne vous permettront pas de régler tous vos fournisseurs.

Le montant des dettes financières

Un endettement élevé signale une entreprise dépendante de ses partenaires financiers et, surtout, une incapacité à maintenir son modèle économique.

Les provisions pour risques

Les provisions pour risques sont les sommes que l’entreprise met de côté en cas de litige avec un salarié, client ou fournisseur. S’il est possible, dans une certaine mesure, de les anticiper, il est impossible de connaître à l’avance leur somme exacte. Il faut donc y consacrer un peu de temps pour déterminer la somme la plus proche de la réalité possible.

Quels indicateurs le bilan comptable permet-il de calculer ?

Le fonds de roulement

Le fonds de roulement est la différence entre vos ressources stables et votre actif immobilisé.

 

On le calcule de cette façon :

 

Fonds de roulement = (capitaux propres / capitaux empruntés à long et moyen termes) - actif immobilisé

 

⚠️ Si votre fonds de roulement est négatif, alors votre entreprise est sous-capitalisée – qu’elle n’est pas en mesure de supporter l’intégralité de ses investissements – et cela aura un impact sur votre trésorerie.

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

Le besoin en fonds de roulement correspond à la différence entre vos encaissements et vos décaissements à court terme. Il indique les besoins de financement de l’entreprise à court terme.

 

Voici comment le calculer :

 

BRF = Actif Circulant - Passif Circulant

 

Ou, de façon plus détaillée :

 

BFR = Créances Clients + Valeur des Stocks – Dettes Fournisseurs

 

⚠️ Si votre besoin en fonds de roulement est positif, alors votre cycle d’exploitation ne se finance pas lui-même. Cela signifie que pour régler vos fournisseurs, vous devrez chercher des financements supplémentaires, auprès de votre banque ou de vos actionnaires.

Le taux d’endettement

Le taux d’endettement mesure le niveau de dette de l’entreprise par rapport à ses fonds propres. Le taux d’endettement permet de mesurer l’efficacité de votre modèle économique.

 

On le calcule de cette ainsi :

 

Taux d’endettement = Dette financière / Capitaux propres


Le rôle de votre expert-comptable est notamment de vous assister dans tous ces calculs et de vous conseiller sur la marche à suivre en fonction de leurs résultats. Si vous n’avez pas d’expert-comptable, Pennylane peut vous en recommander un proche de chez vous, spécialiste de votre secteur d’activité.